Si l’apprentissage de la musique est souvent préconisé dès le plus jeune âge (notamment si l’on nourrit quelques ambitions professionnelles), il peut être réalisé lorsque l’on est adulte. A ce sujet, Norman Weinberger, neuroscientifique à l’Université Irvine de Californie, précise « Est-ce aussi facile d’apprendre quelque chose à l’âge de 65 ans, que cela ne l’était à 5 ans ? Non. Mais peut-on y arriver ? Oui. »[1] Quand certaines facultés sont davantage stimulées, enfant, d’autres peuvent tout aussi solidement accompagner la pratique d’un instrument à un âge plus avancé.

Les atouts des plus jeunes musiciens

Pour la coordinatrice de l’association mancelle « L’élastique à Musique », Florence Bahier, la musique peut se pratiquer à tout âge : à 2 ans, elle peut déjà « donner des clés aux parents pour qu’ils puissent parler musique avec leurs enfants. Dès 3 ans, nous mettons en place un éveil musical. Et à partir du CP-CE1, les élèves peuvent commencer à jouer d’un instrument ».

À ce stade, peu importe le choix de l’enfant, il peut assouvir ses moindres envies : apprendre la guitare, la trompette, la flûte ou la batterie, suivre des cours de piano à Lyon, à Marseille, à Paris ou ailleurs. Dans tous les cas, il pourra profiter des méthodes d’apprentissage plus actuelles et surtout moins rébarbatives qu’avant.

Aujourd’hui, la formation musicale s’appuie sur toutes les facultés naturelles des jeunes et contribue à les développer : excellentes capacités cognitives (mémoire, concentration…), bonne écoute, bonne condition physique, etc.

L’expérience de l’apprentissage des plus âgés

Si les qualités physiques, auditives et visuelles déclinent avec l’âge, dans la plupart des cas, cela ne suffit pas à constituer un obstacle insurmontable pour la pratique d’un instrument. Quant à la mémoire parfois récalcitrante, cela n’altère en rien la performance du jeu.

Si ces facultés sont évidemment moins « dynamiques » qu’avant, la motivation et l’expérience peuvent venir compenser ces petits « défauts ». En effet, le plaisir est, à lui seul, un argument déterminant dans l’apprentissage d’un instrument, un atout incontestable pour progresser et s’améliorer en musique. De même, avoir « appris à apprendre » est une qualité indéniable pour aborder quelque chose de nouveau : l’expérience acquise permet de consolider les phases de doute, car l’adulte sait que les progrès ne se mesurent pas de manière linéaire, mais uniquement par à-coups.

Enfin, une personne d’âge mûr a l’avantage de savoir ce qu’elle veut : elle sait ce qu’elle veut jouer et déploie son énergie à satisfaire ce but. À l’inverse, un enfant a tendance à se disperser, ne sachant pas encore quel est le style musical qu’il aime.

Enfant, adolescent(e), adulte, l’apprentissage de la musique peut se faire à n’importe quel moment dans la mesure où cette activité reste un plaisir. Dans tous les cas, même s’il existe des solutions alternatives sur Internet, il est conseillé de faire appel à un professionnel pour s’appuyer sur des bases solides dès le début. Sans compter qu’un professeur saura certainement s’adapter à l’âge, la personnalité et les envies, afin d’attiser la flamme musicale et impulser plus rapidement des progrès visibles et encourageants chez l’apprenti musicien.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *